Petit lexique sur les Bijoux

bracelet-bracelet-fantaisie-haut-de-gamme-ch-11146663-bijou-1-5-22bd2-9a18a-570x0

 

Le Bijou

Ethymologiquement, le mot « bijou » provient du mot breton « bizou ». Ce terme contient – comme « joyau » – le mot « joie ». En anglais « jewels », qui ne distingue pas le bijou du joyau, est issu du vieux français joel ou jeu. En italien, gioiello vient du latin gaudium, qui signifie le jeu, la jouissance au sens large.

L’objet désigné s’accompagne donc dans les trois langues d’un état d’esprit mariant le plaisir au jeu. C’est d’ailleurs ce sens qui différencie le bijou, objet décoratif mais chargé d’intention (religieuse, magique, signifiant le statut ou les sentiments), de l’accessoire qui lui, est le complément décoratif du costume.

Le mot bijou est aussi dans le langage courant, le terme générique qui signifie l’élément de la parure et reflète une entité stylistique ou localisée.

C’est également le mot dont on se sert pour symboliser de manière figurée la perfection, la finition parfaite. Il évoque aussi l’affection, la tendresse maternelle et protectrice et s’adresse aux êtres comme aux choses petites, délicates et raffinées auxquelles on tient.

Source : Dictionnaire international du bijou, collectif sous la direction de Marguerite de Cerval, Editions du regard, Paris 1998.

shutterstock_172660565

 

Le Bijou fantaisie

La bijouterie « fantaisie » qui utilise des matières non précieuses, fut baptisée ainsi lors de l’Exposition universelle de 1900 à Paris. Elle succédait à la « bijouterie d’imitation » qui, depuis le XVIIIe siècle, proposait à une clientèle modeste des imitations de matières précieuses. Le doublé, le plaqué, le doré, la dorure galvanique sont des procédés qui permettent d’utiliser une infime quantité d’or. Le pomponne, le pinchbeck, le similor, le chrysocale sont des alliages imitant l’or tandis que le ruolz, le tiers-argent et le maillechort imitent l’argent. Le diamant et les pierres précieuses sont remplacés par le verre, le strass (verre au plomb), ou les pierres de synthèse qui apparaissent au début du XXe siècle.

Source : Evelyne Possémé, Bijouterie-Joaillerie, Editions Massin, Paris 1995.

 

La Joaillerie

La joaillerie s’est développée à partir du XVIIe siècle. Les pierres précieuses, fines et ornementales ont de tout temps servi à l’embellissement de la parure, mais la joaillerie est une technique basée sur l’exploitation des propriétés physiques des pierres et notamment du diamant. Le développement de la joaillerie est lié à la richesse de l’approvisionnement mais également à l’amélioration des techniques de taille.

Source : Evelyne Possémé, Bijouterie-Joaillerie, Editions Massin, Paris 1995.

boucles-d-oreille-boucles-d-oreilles-spirale-perle-ve-11154563-dscn1245-001-2cc70a-49967_570x0

 

Les Perles

Matière organique la plus précieuse produite par des mollusques bivalves. Le lieu de production le plus important est le Golfe Persique, exploité depuis l’Antiquité. La perle fine ne nécessite aucun apprêt, elle apparaît dans tout son éclat à l’état naturel. A l’époque de la Renaissance, les perles baroques furent très appréciées et leurs formes irrégulières excitèrent l’imagination des bijoutiers (perles de rivière, perles de culture, perles de verre).

D'après Evelyne Possémé, Bijouterie-Joaillerie, Editions Massin, Paris 1995.

arbre vie 100

 

Les Filigranes

Fils métalliques d’or ou d’argent lissés, torsadés ou texturés qui sont fixés entre eux ou sur un fond, par fusion ou bien par soudure.

D'après Evelyne Possémé, Bijouterie-Joaillerie, Editions Massin, Paris 1995.

Voir les Voir le produits trouvés produit trouvé Pas de produits trouvés icon-close
Une erreur s'est produite, veuillez réessayer ultérieurement. Voir le produit Aucun produit n'a été trouvé lors de la recherche Nouveauté Promotions Solde Vente flash loading ending recherche
Chargement..
Boutiques vêtements : Blog de modeAnnuaire Féminin